WLTP : des enjeux méconnus

L’entrée en application des nouveaux cycles de test WLTP rebat les cartes. Entre perturbations et opportunités, les gestionnaires de flotte pourraient être directement impactés.

61% des gestionnaires de flottes ne connaissent pas la procédure WLTP*

La vaste étude lancée par Hyundai Entreprises en partenariat avec L’Automobile & L’Entreprise et Infopro Études sur l’avenir des flottes d’entreprise met en lumière la complexité de la gestion des mobilités dans un contexte réglementaire, législatif et normatif encore incertain. L’entrée en vigueur des nouveaux cycles WLTP a conduit les constructeurs à revoir leurs catalogues. Si Hyundai est parvenu à réaliser toutes ces adaptations dès l’entrée en vigueur des nouveaux cycles de tests WLTP, certains constructeurs ont dû renoncer à commercialiser certains modèles, tandis que d’autres subissent des perturbations de leur production ou de leur mise sur le marché.  

Pour les gestionnaires de flotte qui envisagent de renouveler leur parc automobile, la période est confuse. La fiscalité des flottes étant intrinsèquement liée aux émissions de CO2, les difficultés qu’ont rencontré certains constructeurs pour actualiser des grilles d’émission claires et intelligibles sur la base des nouveaux protocoles de tests WLTP ont rendu les arbitrages particulièrement complexes. En effet, si l’on s’en réfère aux premiers tests WLTP réalisés en Finlande et que l’on applique les chiffres récoltés aux barèmes actuels de malus écologique et de TVA, on constate une multiplication par 10 du premier et par 3 ou 4 du second !

Dans ce contexte, la sensibilisation des responsables de flotte à WLTP est une nécessité absolue. En téléchargeant le livre blanc Perspectives : quel est l’avenir des flottes automobiles ?, vous pourrez découvrir les analyses et le décryptage des experts qui ont accepté de partager leur vision sur cette situation inédite.

* Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures. WLTP est le nouveau cycle de mesures officielles des émissions des véhicules, entré en vigueur au 1er septembre 2018.