Vehicle to Grid, quand les voitures électriques chargent la ville et inversement

Par Frédéric Cavazza

En ce moment, le débat fait rage autour des trottinettes électriques qui envahissent les trottoirs des grandes villes. Un débat qui remplace le précédent sur le projet d’augmentation de la taxe sur le diesel, qui lui même remplaçait le précédent sur l’abaissement de la limite de vitesse sur les routes départementales. Les débats sur la mobilité se succèdent et touchent tous le vaste sujet de l’écologie, mais sous des angles différents sans réellement nous faire progresser vers notre objectif commun : assurer la survivance de l’espèce humaine. Cet objectif ultime passera nécessairement par une révolution verte dont chacun à sa propre définition et son propre agenda : tout le monde est d’accord pour dire que ce sont aux autres de faire des efforts et de payer l’addition ! Dans l’attente de ce Big Bang écologique, certains se creusent la tête et mettent au point des solutions concrètes pour amorcer la transition énergétique, à commencer par l’épineux problème de la mobilité urbaine.

La transformation digitale dans un contexte de 4e révolution industrielle et de transition énergétique

J’ai déjà eu l’occasion de vous expliquer que nous sommes en plein dans la quatrième révolution industrielle. Une révolution portée par le numérique qui transforme de nombreux aspects de notre quotidien : industrie, médias, commerce, transports… Un quotidien qui est assurément très différent de ce qu’il était il y a 20 ans, et qui est en complète rupture avec celui d’il y a 50 ans. Ce qui caractérise le plus la différence entre ces deux époques est bien évidemment l’omniprésence du numérique, mais aussi la mobilité des personnes et des biens. Deux facteurs qui sont liés entre eux. Pour vous en convaincre, il vous suffit de constater avec quelle facilité nous avons aujourd’hui la possibilité de nous faire livrer un produit fabriqué à l’autre bout du monde (AliExpress) ou d’invoquer un VTC (Uber).

Aujourd’hui, 80% de la population française vit dans les villes. Pour que ça se passe bien, il faut maximiser la capacité de se déplacer en milieu urbain (démocratisation de l’accès aux solutions de transport, efficacité…) et minimiser la consommation de ressources(énergie, capital immobilisé…). Ceci passe par une optimisation des déplacements, aussi bien pour les personnes que pour les biens physiques (matière première ou produits finis). Les plateformes numériques sont dans cette optique un formidable levier pour fluidifier la rencontre entre offre et demande, mais aussi pour rationaliser l’exploitation des moyens de transport grâce à la collecte et l’exploitation de grandes quantités de données.

C’est pour en savoir plus sur ce sujet qui résonne avec l’actualité (la mobilité électrique) que j’ai accepté l’invitation d’EDF pour participer à la 32ème édition du Electric Vehicle Symposiumle mois dernier (EVS32). L’occasion pour moi d’écouter le discours du Prince de Monaco (qui a de grandes ambitions en matière de mobilité électrique pour sa principauté), mais aussi de me mettre à jour sur les dernières innovations et services.

Pour découvrir la suite de cet article, rendez-vous sur le blog de Frédéric Cavazza.