Métropole Nice Côte d’Azur : les collectivités locales au cœur de l’effort de verdissement des flottes

Depuis bientôt 10 ans, la métropole de Nice s’est engagée dans un vaste projet de verdissement des flottes. Retour sur la genèse de ce chantier ambitieux avec Philippe ELLENA, chef de service à la Direction de la Modernisation, des Moyens et de la Stratégie Immobilière de la Métropole Nice Côte d’Azur.

verdissement_des_flottes_nice

La Métropole de Nice Côte d’Azur figure parmi les plus avancées en matière de verdissement de la mobilité. Pouvez-vous nous rappeler les raisons et les motivations de ce projet ?

PE : Nous nous sommes engagés dans ce vaste chantier depuis 2011. La principale motivation de cette décision trouve d’abord son origine dans la situation géographique de la métropole de Nice qui se trouve entre mer et montagne. Il fallait impérativement trouver des solutions pour améliorer la qualité de notre air, et agir en faveur d’une mobilité plus verte était l’un des leviers à actionner. Dès son élection, M. Christian Estrosi m’a donc donné pour mission d’opter pour des véhicules émettant moins de 70 grammes de CO2, à chaque fois que nous devions renouveler un élément de notre parc.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?

PE : Les choses ont beaucoup changé, car en 2011 l’offre en matière de mobilité électrique était plus qu’embryonnaire. Tout est plus facile aujourd’hui car les technologies ont évolué, les acteurs se sont multipliés et la société tout entière a évolué. Nous avons commencé avec les premiers véhicules disponibles à l’époque. Nous avons ensuite utilisé les modèles de différents constructeurs et avons connu et composé avec les contraintes des premières générations de véhicules électriques. 

Il a fallu accepter une autonomie très faible, puisqu’excédant alors rarement 100 km, et une durée de vie des batteries relativement courte. Au-delà de ces contingences techniques, il nous a fallu élaborer une démarche volontariste de conduite du changement. Le challenge n’était pas gagné d’avance et nous avons dû vaincre bien des réticences, nous montrer parfois insistants mais, à l’usage, les atouts de la mobilité électrique avec son silence, son confort, ont fini par remporter l’adhésion massive des agents et collaborateurs de la Métropole Nice Côte d’Azur. 

Concrètement, où en êtes-vous à ce jour de votre politique de verdissement de la flotte de la Métropole ?

PE : Au global, notre flotte se compose aujourd’hui de 22% de véhicules électriques. La Métropole Nice Côte d’Azur représente tout de même 1480 véhicules (y compris les scooters, et autres Bibliobus). Mais nous ne nous contentons pas d’électrifier la flotte. Notre projet est plus global. Ainsi, nous avons opté pour la motorisation GNV pour les véhicules d’arrosage, d’entretien de la voie publique ou les bennes à ordures. Nous travaillons aussi à verdir les transports en commun, la notion de verdissement figurant clairement dans le cahier des charges de nos appels d’offre pour les bus et les tramways. Nous avons par ailleurs développé une application interne d’autopartage exploitant la plateforme de la start-up niçoise Vulog. À chaque fois que nous supprimons 3 véhicules thermiques, nous ouvrons un nouveau véhicule électrique en autopartage. 

Vos efforts en matière d’une mobilité plus respectueuse sont constants, comment préparez-vous demain ?

PE : Nous sommes en recherche incessante de nouvelles solutions contribuant à faire évoluer notre stratégie. Depuis peu, notre car policy intègre les modèles de Hyundai (IONIQ electric notamment). Nous agissons en faveur du développement de bornes de recharge intelligentes. Ainsi, la métropole est partie prenante du Projet IRIS qui accompagne et soutient la création de Smart Grids. Enfin, nous accordons une attention toute particulière à la motorisation hydrogène, que M. Estrosi a notamment eu l’occasion de tester à bord d’un Hyundai Nexo. Cette motorisation présente les atouts de l’électrique, tout en abolissant les contraintes liées au temps charge des batteries. Toutefois, il s’agit au préalable de voir émerger une véritable filière de production d’hydrogène 100% décarbonée, pour que nous puissions aller plus loin et plus vite. 

Pour en apprendre davantage sur le verdissement des flottes :

Stratégie mobilité : vers un verdissement des parcs des entreprises

Les entreprises demandent plus d’aides aux pouvoirs publics pour ‘verdir’ leurs déplacements