LLD vs LCD : concurrentes ou complémentaires ?

Alors que l’évolution de la notion de mobilité rebat les cartes dans les entreprises, nous avons souhaité confronter les visions de Martial Doré, Fleet Director pour Europcar et Gérard de Chalonge, Directeur commercial & Marketing d’Athlon. Deux acteurs incontournables, fins observateurs dans la convergence de la location longue et courte durée.

Considérez-vous qu’aujourd’hui, il faille toujours opposer locations longue et courte durée ?

MD : Il subsiste une différence réelle entre les deux modèles, car la location longue durée s’appuie encore aujourd’hui sur la notion d’engagement lors de la souscription d’une contrat. Toutefois, il faut bien constater qu’avec le développement de contrats de moyenne durée, la frontière qui sépare LLD et LCD est toujours plus fine. Les loueurs longue durée se montrent plus flexibles qu’ils ne l’étaient par le passé, mais seuls les acteurs de la location courte durée, offrent une flexibilité totale aux entreprises. 

GdC : Il faut d’abord réconcilier tous les modèles susceptibles de répondre aux enjeux de mobilité des collaborateurs. Le défi pour les entreprises reste le même : trouver les meilleures solutions pour se déplacer, au meilleur coût. Les responsables de flotte sont donc agnostiques quant aux solutions de mobilité qui existent. Il y a  aujourd’hui une vraie appétence pour la location de moyenne durée (de 1 à 3 mois), mais sur une durée inférieure à un mois, la location courte durée reste la plus souple et la plus pertinente. 

A vos yeux, quels sont les critères qui permettent à un responsable de flotte, d’opter pour l’un ou l’autre de ces modèles ?

MD : Seule l’entreprise est à même de répondre à cette question. Si celle-ci a recours ponctuellement à une force de vente supplétive, elle doit trouver des solutions pour en assurer la mobilité à court et moyen terme et la LLD n’est pas nécessairement la meilleure solution. En d’autres termes, pour faire le bon choix, le gestionnaire de mobilités doit disposer d’une visibilité à 360° des besoins de tous les collaborateurs. De cette visibilité, associée à une bonne connaissance des offres de location en présence sur le marché, découle sa capacité à trouver rapidement les meilleures réponses.  

GdC : Il ne faut pas se montrer trop manichéen car votre question suppose que ces modèles s’excluent mutuellement, ce qui ne représente pas la réalité d’un gestionnaire de flotte aujourd’hui. Il faut, à mon sens, s’inscrire dans une dimension combinatoire de trois modèles : longue, moyenne et courte durée pour être en mesure de répondre efficacement à tous les besoins de mobilités de tous les profils de collaborateurs. En simplifiant les formes de location, en créant des passerelles entre ces offres, les entreprises peuvent mieux maîtriser leurs coûts, améliorer la mobilité de leurs équipes et limiter leur impact environnemental. 

De quel type d’accompagnement les entreprises ont-elles le plus besoin pour prendre les bons arbitrages ?

MD : Il existe une très forte concurrence entre les loueurs. Le conseil et l’accompagnement font, dès lors, très clairement la différence. La relation humaine, l’analyse des besoins, une excellente connaissance du terrain, sont les premiers moteurs pour répondre aux attentes des entreprises. Europcar affine sans cesse les différents profils d’utilisateurs de véhicule. Cela nous permet non seulement d’apporter du conseil mais aussi d’oeuvrer à faire évoluer nos offres. Nous travaillons actuellement à des formules mensuelles renouvelables pour contribuer à cette exigence de flexibilité, tout en intégrant une notion de dégressivité des tarifs. Une équation complexe sur laquelle nous sommes pleinement mobilisés. 

GdC : La confiance et la proximité avec nos clients sont deux éléments essentiels pour les accompagner au quotidien. Nous faisons en permanence beaucoup de pédagogie. Nous souhaitons nous positionner comme une brique de flexibilité au service du gestionnaire de flotte. C’est pourquoi nous élaborons actuellement des offres d’abonnement moyenne et longue durée qui permettent aux utilisateurs de passer d’une durée à l’autre simplement, afin que l’entreprise puisse faire de la mobilité des collaborateurs un vrai levier de performance et surtout pas un casse-tête.