Le véhicule d’entreprise signe un solide premier semestre

Il faut remonter à juin 2016 pour retrouver un marché du véhicule d’entreprise en aussi bonne forme au premier semestre. Avec une croissance cumulée de +8,08 % , le secteur affiche 451 629 immatriculations de VP et de VUL en six mois, selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, avec un jour ouvré de moins par rapport à 2018 (123 contre 124).

Une nouvelle fois, le marché du véhicule d’entreprise confirme son rôle essentiel dans l’animation du marché automobile national puisque, selon les chiffres du CCFA, l’activité sur six mois ressort en léger repli de -0,58 % (VP et VUL), à 1,42 million d’unités.

Le marché entreprise en Juin

En juin, les immatriculations de VP et de VUL réalisées par les entreprises ont subi un coup d’arrêt après deux mois de croissance à deux chiffres (+15,21 % en avril  et +14,53 % en mai). Les immatriculations de VP et de VUL se sont inscrites en effet en petite hausse de +1,97 % à 84 588 VP + VUL, signant ainsi le plus mauvais mois de l’année à date.  Avec il est vrai, deux jours ouvrés de moins par rapport à 2018 (19 contre 21).

Ce sont les VP qui continuent de tirer l’activité, avec une hausse de +4,90 % (52 018 unités), tandis que le VUL, plutôt bien orienté depuis le début de 2019, affiche une baisse de -2,37 % à 32 570 unités. Rappelons que, selon le CCFA, le marché du VP a subi en juin un sérieux coup de froid avec une chute de 8,4 % des immatriculations (230 967 unités).

Côté énergies, l’essence caracole toujours avec une hausse à deux chiffres de +47,92 % (20 403 VP + VUL). Sur le VP, la progression est encore plus forte à + 51,44 % (19 037 unités), alors que sur le VUL la croissance s’établit à +11,78 % (1 366 unités).

L’électrique reste dynamique, avec des immatriculations en progression de +48,68 % (2 413 VP + VUL). Par type de véhicule, la croissance s’accélère encore sur le VP (+64,76 % à 1 524 unités), alors qu’elle est deux fois moins rapide dans le VUL (+27,36 % à 889 unités).

Du côté des hybrides, c’est toujours une météo favorable, avec des immatriculations qui progressent de +24,25 % sur un mois (2 854 unités VP +VUL). La progression est de +25 % sur les VP (2 795 unités) et de -3,28 % sur les VUL (59 unités).

Quant au diesel,  après la petite hausse de +1,01 %, à 52 414 unités (VP + VUL), les immatriculations ont de nouveau basculé dans le rouge avec un repli de -9,74 % (58 789 VP + VUL). Une chute due essentiellement au VP (-15,39 % à 28 628 unités), mais aussi au VUL (-3,64 % à 30 161 unités).

Le marché entreprise sur six mois (Janvier-Juin)

Sur les six premiers mois de 2019 et avec un jour ouvré de moins d’une année sur l’autre (123 jours contre 124), le marché du véhicule d’entreprise affiche une solide progression de +8,08 % (451 629 unités VP + VUL).

Il faut remonter au premier semestre 2016 pour trouver une croissance du marché supérieure. A l’époque, le véhicule d’entreprise avait affiché une hausse à deux chiffres de +13,3 % (408 079 VP + VUL). Les autres années s’étaient pour leur part traduites par une progression de +3,7 % en 2018 (417 875 VP + VUL), + 4,7 % en 2015 (360 117 VP + VUL), et à l’inverse une chute de -1,3 % (402 937 VP + VUL) au premier semestre 2017.

Par segment de marché, VP et VUL sont orientés à la hausse, avec une progression de +8,85 % (265 464 unités) pour le VP et de +7 % pour le VUL (186 165 unités).

Par type d’énergies, rien ne semble devoir arrêter la croissance de l’essence au sein des entreprises. Elle représente fin juin en cumul 22,31 % des immatriculations en entreprise, avec une progression des immatriculations de + 65,44 % (100 747 VP + VUL). Sa part de marché sur le seul segment des VP atteint pour sa part 34,52 %, avec un total de 91 639 unités.

L’électrique, quant à ellevoit ses immatriculations croître de +46,50 % (VP + VUL) à 10 586 unités, avec une part de marché de 2,34 %. Sur les seuls VP, la part de marché s’établit à 2,53 %, avec un total de 6 716 unités, soit des immatriculations en très forte progression de +63,49 %.

Les motorisations hybrides  affichent de leur côté une progression de +21,53 % (15 230 VP + VUL). La part de marché de l’hybride en entreprise ressort sur six mois à 3,37 %. Les hybrides non rechargeables affichent un rythme de progression deux fois plus rapide que les hybrides rechargeables (+25,6 % versus +10,93 %).

Quant au diesel, il poursuit sa décrue dans les parcs d’entreprise, avec un recul sur six mois de -3,67 % à 324 459 unités (VP + VUL). Sur le seul segment des VP,  le repli s’inscrit à -11,56 % sur la période pour un total de 152 497 unités. Résultat, les parts de marché du diesel continuent de s’effriter puisqu’elles s’établissent désormais à 71,84 % en cumulant VP + VUL et à 57,45 % sur les seuls VP.

Pour découvrir la suite de cet article, rendez-vous sur mobility-observatory.arval.fr.