Hybride : trois conseils pour utiliser au mieux cette motorisation au sein des entreprises

Pour une entreprise, passer d’une mobilité thermique à une mobilité hybride implique une phase de transition nécessaire à l’appréhension d’une conduite différente. Stéphane Godefroy, Responsable Marketing Produit pour Hyundai Motor France nous livre ses conseils et partage sa vision.

Conseil n°1 : ne changez rien !

« La motorisation hybride, c’est en fait le meilleur des deux mondes », affirme Stéphane Godefroy. L’autonomie est celle d’un moteur thermique (puisque ce dernier prend automatiquement le relais dès que nécessaire) et le silence est celui d’un moteur électrique en ville ou dans les bouchons. « La recharge des batteries s’effectuant pendant les phases de freinage, l’hybride est la motorisation qui assure une transition vers une mobilité plus responsable sans effort préalable ».

Pas de changement dans la préparation des longs trajets, un confort optimal notamment offert par des boîtes de vitesse automatiques à double-embrayage… le véhicule hybride limite les contraintes d’adaptation comportementale à leur plus simple expression. Il amène chaque utilisateur, au sein de l’entreprise, à adopter de nouveaux réflexes sans le brusquer et c’est un atout considérable.

Conseil n°2 : exploitez au mieux les aides à la conduite

Assez rapidement, le collaborateur auquel on a confié un véhicule hybride se prend au jeu de l’éco-conduite. « Lorsqu’un utilisateur a fait l’expérience de la motorisation hybride, son comportement routier évolue naturellement vers l’éco-conduite », observe Stéphane Godefroy. Moins d’à-coups, plus d’anticipation pour les ralentissements… autant de comportements qui permettent de réduire considérablement la consommation de carburant, et impacte nécessairement le TCO de la flotte. « Les véhicules hybrides sont dotés de nombreux systèmes d’aide à la conduite, connus également sous le nom d’ADAS et plus précisément d’éco-ADAS qu’il ne faut pas hésiter à exploiter pour maximiser le recours à l’électrique plutôt qu’au thermique ».

Par exemple, les véhicules hybrides de Hyundai sont dotés d’un système de navigation qui préconise le meilleur moment pour lâcher la pédale d’accélérateur en vue d’optimiser la consommation de carburant. En fonction des changements de directions à venir ou de la présence de voies de décélération sur autoroute, le système invite à décélérer pour favoriser la recharge des batteries. « Il s’agit là d’un dispositif d’éco-coaching à la fois ludique et efficace », commente Stéphane Godefroy.

Conseil n°3 : bien utiliser les palettes de régénération

Encourager la meilleure exploitation possible de la motorisation hybride, c’est aussi créer les conditions d’une adoption facilitée de nouveaux usages. « Nous avons doté IONIQ hybrid de palettes de régénération au volant, indique Stéphane Godefroy. Ces palettes permettent de ralentir le véhicule sans utiliser les plaquettes de frein tout en rechargeant les batteries ». En préservant les plaquettes de freins tout en optimisant la recharge des batteries, l’utilisateur contribue à optimiser le TCO au quotidien.