5 initiatives pour faire baisser la sinistralité des flottes d’entreprise

Quelle que soit la taille des entreprises, l’un des leviers à actionner pour faire baisser le TCO est de lutter activement contre la sinistralité. Différentes initiatives peuvent être envisagées pour atteindre un double objectif de maîtrise des coûts et de protection des collaborateurs. 

Plus une flotte compte de véhicules et plus elle est exposée à un risque élevé de sinistralité. Une sinistralité qui impacte d’une part les budgets « entretien » du parc automobile mais aussi les primes d’assurance. Toutes les entreprises sont confrontées à cet enjeu. Selon le baromètre 2019 d’Arval, seules 22 % des entreprises européennes de moins de dix salariés ont mis en place un suivi et une prise en charge des dérives de conduite. Pourtant, des solutions simples existent…

Seules 22 % des entreprises européennes de moins de dix salariés ont mis en place un suivi et une prise en charge des dérives de conduite.

Initiative N°1 : rappeler les règles de base dans le véhicule 

Lorsqu’un véhicule est mis à la disposition d’un collaborateur, cela suppose qu’il respecte le code de la route. Mais un accord tacite ne suffit pas toujours ! Afin d’impliquer plus concrètement les salariés dans la politique de mobilité de leur entreprise, il est souvent préférable de leur faire signer une charte de bonne conduite (sans jeu de mots) qui conditionne l’accès au véhicule. Bien plus qu’un artifice, cette charte engage le collaborateur et le place contractuellement face à ses responsabilités. En complément, apposer sur la planche de bord une signalétique simple pour rappeler les règles de base appliquées à l’utilisation du véhicule (courtoisie, veiller aux distances de sécurité et au respect des vitesses autorisées, etc.). 

Initiative N°2 : renouveler plus régulièrement le parc pour disposer des meilleures ADAS 

Les évolutions technologiques sont telles qu’au fil du temps, les assistances électroniques à la conduite (Advanced Driver-Assistance Systems ou ADAS) se multiplient. En renouvelant plus régulièrement les véhicules d’une flotte et en optant pour les modèles intégrant les dispositifs les plus avancés, vous contribuerez à faire baisser sensiblement la sinistralité. ABS, ESP, aide au freinage d’urgence, détecteur d’angle morts, assistance active au maintien dans la voie (LKAS), reconnaissance des limitations de vitesse et système de capot avant actif… Autant d’accessoires indispensables pour compenser les défaillances éventuelles du conducteur.

Initiative N°3 : intégrer la télématique pour inciter au changement de comportement

Lorsqu’un collaborateur a connaissance que l’ensemble des solutions de télématiques embarquées contribuent à décrypter son comportement routier, il a naturellement tendance à modifier son attitude au volant. Attention, il est cependant important d’accompagner l’intégration de ces solutions, afin qu’elles ne soient pas perçues comme un moyen de répression, mais plutôt comme une solution pédagogique. Il faut par ailleurs veiller à ce que les données collectées et exploitées respectent les règles définies par le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) et notamment la notion de consentement du collaborateur. 

Initiative N°4 : être plus vigilant sur l’entretien des véhicules

Des pneumatiques usés ou sous-gonflés peuvent entraîner des pertes d’adhérence. Aussi, lorsque les freins sont endommagés, les distances de freinage s’allongent. Ces risques d’accident peuvent être facilement évités grâce à un entretien plus rigoureux et proactif des véhicules. Aujourd’hui, la majorité des contrats de LLD intègrent l’entretien de la flotte. Une raison de plus d’opter pour ce mode de financement. 

Dernier conseil : impliquez le conducteur dans l’entretien du véhicule. Au volant, ce dernier sera souvent le premier à détecter les dysfonctionnements éventuels !

Initiative N°5 : créer des challenges internes sur le comportement routier…

Vous avez l’habitude d’incentiver vos équipes commerciales en créant des challenges liés à leurs performances ? Pourquoi ne pas appliquer les mêmes méthodes pour tenter de faire évoluer les comportements routiers ? Grâce aux solutions de télématiques embarquées, plusieurs concours peuvent être lancés : le champion de la régularité (vitesse moyenne), le champion de la consommation, le champion de la distance optimale parcourue… Les idées ne manquent pas. Un bon moyen d’assurer la conduite du changement vers des usages plus économes, plus écoresponsables et surtout plus sûrs de la flotte.